aller au contenu
Centre de prévention du Suicide

Colloque "La prévention du suicide : soins ou contrôle ?"

Mercredi 22 février 2012
Au Centre Culturel d'Uccle

A l'occasion des Journées internationales francophones de la prévention du suicide, le Centre de Prévention du Suicide s'interroge sur le sens, d'un point de vue humain, social, sociétal, de la prévention du suicide, à travers la question : "La prévention du suicide, soins ou contrôle?"

 .

Intervenants

Jean van Hemelrijk, psychologue, psychothérapeute systémicien, formateur : "Et les autres dans tout ça?!"

 .

Dan Kaminski, professeur à l'Ecole de Criminologie de l'U.C.L. : "Le suicide, à partir de la prison"

 .

Pr. Jean-Louis Vincent, responsable du Service des Soins Intensifs de l'Hôpital Universitaire Erasme : "Du suicide à l'euthanasie : quand accepte-t-on la demande de fin de vie ?"

 .

Francis Martens, psychologue, psychanalyste, anthropologue : "Le suicide, un marqueur essentiel de la condition humaine"

 .

Dr. Gérald Deschietere, psychiatre, responsable de l'unité de crise aux Cliniques Universitaires Saint-Luc : "Suicide à l'âge avancé - "Je ne suis pas venu vous dire que je m'en vais"

 .

Christophe Adam, assistant social, psychologue, docteur en criminologie, professeur ULB-UCL : "La disjonction du soin et du contrôle, une syntaxe suicidaire?"

 .
 .

Argumentaire

« Le suicide est un mode parmi d'autres d'être-dans-le-monde » (J.P. Sartre)

Dans une société qui encourage la « transparence », qui dévoile tout, le malheur peut être montré mais uniquement pour nous rassurer quant au fait qu'il appartient à d'autres. Cependant, si la souffrance se met en scène dans ses formes les plus ultimes, comme l'est l'acte suicidaire, alors elle nous est intolérable car elle devient trop tangible, trop proche. Elle nous rappelle cette réalité inéluctable que nous sommes tous voués à la mort, que cette question, tout comme la vie ou la sexualité, nous occupe dès le moment où nous naissons, où nous pensons, où nous agissons.

Dans cette société où l'utopie est de pouvoir tout contrôler et, ce, pour échapper aux aléas de la vie, le message qui nous est transmis est bien celui-ci: « Nous voulons votre bien et nous l'aurons! » (Sol, Québec).

Dès lors, comment envisager la prévention du suicide ? Dans une optique de soins ou de contrôle ?

Si de soins il s'agit, de quelles natures seront-ils et quels en seront ses limites ?
Une «simple » écoute, un suivi ambulatoire, une hospitalisation, une mise en observation ? Enfant, adolescent, adulte et grand âge : mêmes interventions ?  S'agit-il de prévention ou de « lutte contre » où, dès lors, « tous les moyens sont bons » ? Ce qui fait soins pour moi, fait-il sens pour l'autre ? Qu'en est-il du soin à apporter à l'entourage du patient suicidaire ? Quelle limite, quelle éthique, quelle morale solliciter pour ramener à la vie ?

Si, au contraire, les actions visent au contrôle, à quelles fins et selon quelles modalités ?
Heureux parce que nous le valons bien, malheureux car nous ne le voulons pas ?  Prévenir le suicide en entreprise : quelle instrumentalisation de la prévention au profit de la régulation du personnel ? Le passage à l'acte suicidaire : nouvelle figure de la déviance ? Faut-il pénaliser le passage à l'acte comme c'est le cas dans certains pays ?

« De quoi peut décider un être humain ? De quoi a-t-il le droit de décider ? Qu'est-il libre de décider ? (...) Comment évaluer si la vie-si une vie-vaut la peine d'être vécue ou non ? Qui a les moyens d'en juger ? Qui possède la légitimité d'en décider ? » Ann Heberlein - écrivain et journaliste)

Mots-clés

Suicide, prévention, choix, droit/devoir de vie/mort, responsabilité individuelle/collective, interventionnisme, dignité, maîtrise, sécurité, contrôle, bonheur, soin sous contrainte.

Infos pratiques

Accueil dès 8h30, fin de la journée prévue vers 18h.
Lieu : Centre Culturel d'Uccle, rue Rouge 47, 1180 Bruxelles
P.A.F.: 50 euros (lunch inclus) - tarif réduit : 25 euros (étudiants, chômeurs, seniors)
Inscriptions auprès du secrétariat du Centre de Prévention du Suicide, par tél. 02/650.08.69 ou par mail :

  
Paiement par virement sur le compte du CPS : 310-0190501-79 (Communication : "Inscription colloque + nom, prénom et le nombre d'inscrits)

 .
 

Si vous n'arrivez pas à lire ce courrier, cliquez ici :

 

Pour vous désinscrire de cette mailing-list, veuillez envoyer un mail à

avec la mention "Désinscription Newsletter".