aller au contenu
Centre de prévention du Suicide

Conférence de Jacques Dumont

 .

"Qu'est-ce qui fait vivre?"

Jacques Dumont, lors de sa conférence, nous a fait le grand plaisir de partager avec nous sa philosophie, son point de vue personnel sur cette grande question « Qu'est-ce qui fait vivre ? ».

Il se présente d'abord comme résolument optimiste, ancré lui-même dans la vie, dans la passion de comprendre le système moléculaire humain, de faire des recherches, de créer..

Les grandes satisfactions de l'existence tournent pour lui autour de quatre points, dont les trois premiers sont très semblables à ce que peuvent vivre les animaux.  Il s'agit d'abord de la reproduction, de l'amour, des relations sociales (la « tribu ») mais aussi, et là c'est un sens profondément humain, du goût à la réalisation, dans ce qu'on fait ou ce qu'on devient.

Pour avoir envie de vivre, Jacques Dumont ajoute également qu'il est pour lui vital, fondamental, en tant qu'être humain, de pouvoir être autonome, de pouvoir être utile et de pouvoir garder sa dignité.

Il rappelle que sa philosophie s'est construite dans une époque optimiste, où il a eu la chance de pouvoir de connaître l'amour et d'avoir des enfants, d'avoir des amis et un cercle social agréable, amusant, et de pouvoir se réaliser dans ce qu'il aime faire : créer un centre pluridisciplinaire de recherche pointue à l'ULB.

Mais il y a des choix importants de société dont il faut être conscients : faut-il investir tant pour garder quelqu'un en vie un mois de plus ? Comment se fait-il que les choix d'hospitalisation dans les hôpitaux soient guidés par des considérations économiques ?

Face  à ces effets pervers de la médecine, de la société, notre orateur nous confirme sa vision personnelle des priorités : avant tout soutenir les jeunes, soutenir les adultes responsables, les mères de famille.  Ces vies-là, si elles se perdent, sont perdues à jamais, et quels dégâts autour d'eux ! Par contre, les personnes en fin de vie, qui souhaitent en finir, ne nous acharnons pas à leur faire garder le lit, à les ré-hospitalisés, laissons-les faire leurs choix de traitement et de fin de vie...