aller au contenu
Centre de prévention du Suicide

Face à la crise suicidaire, quelles ressources pour le médecin généraliste ?

La Cellule d'Intervention Psychologique de Crise - CIPC

La Cellule d'Intervention Psychologique de Crise (CIPC) du Centre de Prévention du Suicide, puisqu'elle propose une prise en charge rapide et gratuite, peut se révéler une ressource utile pour les médecins généralistes.

La rencontre avec une personne suicidaire est pour tout professionnel une situation critique. Face à une telle problématique, il n'y a pas de réponse univoque. Cependant, en termes de  prévention, la  relation entre le  soignant et son patient est déterminante. C'est en effet à partir de ce qui est éprouvé dans la relation que le médecin peut percevoir le caractère  insoutenable  d'une souffrance existentielle qui risque, lorsque le patient se sent à bout de ressources, d'aboutir à un suicide. Le médecin généraliste, en tant qu'intervenant de première ligne et acteur de prévention, est idéalement placé pour interroger son patient sur la présence d'idéations suicidaires. Cette rencontre, en favorisant la reconnaissance de la souffrance, constitue un point de départ essentiel pour la  mise en place d'un réseau de soins.

En cas de crise suicidaire aigüe et/ou de passage à l'acte, la rapidité de la prise en charge contribue à la prévention du suicide ou de la récidive. En plus des soins somatiques, il convient d'entendre la souffrance suicidaire et de soutenir les questions qu'elle soulève.  Le médecin généraliste  n'a pas toujours le temps et/ou les moyens d'organiser le suivi psychosocial nécessaire. Dès lors, la Cellule d'Intervention Psychologique de Crise (CIPC) du Centre de Prévention du Suicide, parce qu'elle propose une prise en charge rapide et gratuite, peut constituer une ressource pour le médecin généraliste.

Procédure

Le médecin généraliste, avec l'accord préalable de son patient, prend contact avec la CIPC au numéro suivant : 0491/37 06 72 (messagerie en dehors des heures de bureau)

Un rendez-vous est pris avec le patient et/ou son entourage dans les 3 jours maximum.

La CIPC assure un/des entretien(s) de crise suivi(s) d'une réorientation, si nécessaire

La CIPC s'engage à informer le médecin de l'aboutissement de sa demande et de la réorientation éventuelle de son patient au terme de la prise en charge.

Plaquette à destination des médecins généralistes

Pour informer au mieux les médecins généralistes sur Bruxelles, le Centre de Prévention du Suicide peut envoyer une plaquette d'information ainsi que des cartes de visite à tout médecin intéressé.